La maladie de parkinson commence vers 55 ans environ, parfois immédiatement après un stress (intervention chirurgicale, choc affectif), plus souvent sans raison et d'une manière très progressive et insidieuse.

La Triade Parkinsonnienne

Lorsque la maladie est installée, elle se traduit par un syndrome extrapyramidal, le syndrome parkinsonien, qui associe 3 types de signes :

  • l’akinésie
  • On distingue parfois l’akinésie ou allongement du délai entre le moment où le geste est initié par la volonté et son exécution) et la bradykinésie qui traduit le ralentissement de l’éxécution du geste. 

    Elle se manifeste de la façon suivante :

    • le visage est inexpressif (amimie),
    • le démarrage de la marche est hésitant, la personne piétine (le « bégaiement » de la marche »).  Elle s’effectue à pas petits glissés, le ballant d’un ou des deux bras est diminué (le ou les bras restent collés au corps), le buste est penché vers l’avant, jambes et coudes semi-fléchis.
      Le maintien de l’équilibre contraint à de soudaines accélérations (phénomène de « festination »).  La rencontre d’un obstacle provoque un arrêt dans une position où le malade est comme statufié (phénomène de « freezing »).
    • les mouvements sont lents et fatigants. Ceux nécessitant une certaine dextérité sont source de maladresses s’ils se prolongent (lacer ses chaussures, se raser, écrire...). Au fil des lignes, l’écriture devient plus
      petite (phénomène de « micrographie »),
    • la voix perd en volume, le ton devient monotone, l’articulation est moins aisée, la parole devient chevrotante.

Que sont les kinésies paradoxales ?


L’akinésie est plus ou moins marquée selon le moment de la journée.
En général, pendant la nuit et au réveil, les mouvements sont facilités.  L’akinésie peut être même totalement abolie à la faveur d’un stress,
d’un obstacle (marche à franchir, enjambement,...) ou d’un mouvement complexe (conduire une voiture) : c’est le phénomène de la kinésie paradoxale.

  • La rigidité
  • Cette rigidité ou hypertonie est causée par une augmentation du tonus des muscles. Leur résistance lors des mouvements passifs contribue à la raréfaction et au ralentissement des mouvements.
    Elle s’accompagne de douleurs musculaires ou tendineuses et d’ une sensation de raideur. Elle ne doit pas être confondue avec l'akinésie, qui est une difficulté à contrôler les mouvements. Cette rigidité est responsable de la posture caractéristique de certains parkinsoniens, penchés en avant, dos voûté, regard braqué sur les pieds. La flexion permanente est douloureuse et peut occasionner l’ankylose de certaines articulations (notamment du cou, incapable de reposer sur un plan horizontal).

Qu’est-ce que le phénomène
de la roue dentée ?


Lorsque l’examinateur contraint une articulation à se déplier, il constate que la rigidité cède par à-coups, donnant l’impression d’un crantage.



  • Les tremblements
  • Bien qu’associés à l’image du malade parkinsonien, le tremblement n’est pas systématique puisqu’environ 1 malade sur 5 n’en sera jamais affecté (Dr Pollak). 

    • Il apparaît ou s’aggrave au repos et en situation émotionnelle, de stress intense, de concentration ou de fatigue, diminue ou disparaît lors des mouvements volontaires, permettant ainsi les gestes précis. Paradoxalement, une relaxation profonde ou le sommeil, favorisent la disparition du tremblement.
    • Il est généralement unilatéral, mais peut se bilatériser après quelques années, tout en gardant une prédominance pour le côté initialement atteint,
    • Il touche plus fréquemment les membres supérieurs, la tête restant épargnée à l’exception possible de la langue, des lèvres, de la mâchoire et du menton.
    • L’oscillation est lente et régulière.

Qu’est-ce que le tremblement essentiel ?


Le fait de ne pas trembler ne permet pas d’exclure la maladie de Parkinson, et inversement,  trembler ne signe pas nécessairement cette maladie.
En effet, la plupart des tremblements sont dits essentiels et liés à la contraction musculaire qui accompagnent un geste ou une attitude intentionnels. Ce type de tremblement survient habituellement chez la personne âgée, dont on dit alors qu’elle « sucre les fraises ».
Il est fréquent au niveau des membres supérieurs, bilatéral, atteint parfois la voix et la tête (hochement ou négation). 

On notera que certains malades parkinsoniens sont atteints d’un tremblement mixte, typiquement parkinsonien et essentiel.  Maintenant, si vous êtes jeune et gêné par un tremblement, avant d’envisager le sécénario Parkinson, songez que cela peut être l’effet d’un stress ou de la prise de certains médicaments (antidépresseurs, hormones thyroïdiennes, traitement cardiaque,...).

Les autres symptômes

  • les troubles digestifs
    • l’hypersalivation est très fréquente : en fait, la salive n’est pas produite en excès, mais du fait d’un trouble de la déglutition, elle stagne dans la bouche et le malade bave,
    • la constipation,
    • l’amaigrissement qui survient à un stade précoce et est endigué par l’instauration du traitement dopaminergique.
  • les troubles génito-urinaires
    • l’envie impérieuse d’uriner,
    • l’incontinence,
    • les troubles sexuels : diminution de la libido, trouble de l’érection, positions sexuelles moins aisées.
  • les troubles cutanés
    • les bouffées de chaleur,
    • la sudation excessive.
  • les troubles des sens
    • le dérèglement de l’odorat,
    • les troubles sensitifs (sensations de chaleur, fourmillements,...),
    • les troubles visuels (perte de la vision des contrastes, vison floue ou double,...).
  • les troubles psychiques
    • la dépression, présente dans près d’un cas sur deux,
    • l’anxiété et son cortège de manifestations (palpitations, troubles du sommeil, labilité émotionnelle,...),
    • les troubles cognitifs : diminution de l’attention,  difficulté de concentration, lenteur du raisonnement.
La triade
parkinsonienne

La maladie de Parkinson associe trois symptômes majeurs (la « triade parkinsonienne » selon l’expression du Dr Pollak) et une série de troubles de moindre gêne  ou de moindre fréquence.

> liens utiles
- shop1 - ww6